Alors voilà.

Le printemps étant censé arriver depuis quelques temps déjà, je me suis un peu défoulée sur mon clavier le mois dernier. Histoire de garnir un peu le vestiaire de mon héritière de quelques fanfreluches et autres petites choses légères.

Parmi les petites tenues trouvées sur le net, arriva, bien mal emballée, cette chose là :

2013-03 Chemise de nuit

En théorie, et je dis bien en théorie, le truc était "en parfait état".

Bon, ça, c'était pour la théorie, et la force de vente chère à nos commerciaux. La dame a peut-être de graves problèmes de vision, allez savoir, ou avait bu la veille, ou fumé la moquette avant d'en faire la description. Bref, ce machin là était juste immonde.

Une serpillère toute molle. Tâchée, décousue de partout et pleine de trous.

Légèrement agacée, après avoir vertement tancée la dame à l'annonce truquée, je destinais la chose à la poubelle.

Sauf que prise par le temps, je laissais l'enveloppe ouverte, aux yeux de Poupette. Qui ne les ayant pas dans sa poche, tomba en amour devant les petits pois décrépis.

Que faire ? Je ne pouvais décemment plus jeter le machin, ou le cantonner aux chiffons de la maison.

L'héritière connaissant bien sa mère, proposa une transformation. "Mais si, tu peux me faire une semize de nuit. Ze veux des dentelles". Oui, l'héritière zozotte encore un peu. Ce qui me faite très légèrement fondre.

Des dentelles, wouiiii... Heu, comment dire ? On va peut-être pas non plus faire un truc trop kiki non ?

Siiii.

Ok, bon, alors autant aller du côté du chic.

Je laisse quand même le choix des armes dentellières à l'héritière. Et complète par des petits pois plus frais.

2013-03 Chemise de nuit (1)

Et hop !

2013-04 Chemise de nuit (1)

Voilà la bête lavée, recousue, et customisée.

2013-04 Chemise de nuit

Bon, pour finir, elle est pas si mal cette serpillère.

Et elle plaît à l'héritière.

Alors ma fois... Vivent les petits pois !