En ce moment, je fais du stroboscope en tout.

On prend les rêves des éditeurs pour la réalité, des allers retours en TGV, un jardin haut/jardin bas à étudier, et à restaurer.

On cale là-dessus du linge à laver et repasser, une maison à nettoyer, une kermesse à organiser, une famille à poupougner, sustenter, écouter, consoler, et, et, et...

Côté clavier, je n'écris plus que des trucs sur l'art du maniement de la truelle, des textes latins sur les tonnelles ou des machins sur les jardins médiévaux et leur substantifique moelle.

Bref, j'en deviens pointilliste en blog. Spécialiste en non-dialogue.

Trombinoscope. Stroboscope. Robocop.

J'sais plus bien en fait.

Bon, mais je ne vais pas vous laisser sans rien sous la dent trop longtemps non plus, hein.

Aller, du coup, de "fait" en fête, on prend mon stroboscope intégré, et histoire de faire ambiance boite de nuit.

On part en cave, et on éclaire !

*

Alors, voilà, les images d'en dessous sont celles d'un monsieur qui s'appelle Stefano Bellamoli.

Bon, déjà, d'une certaine façon, je lui envie son nom à ce monsieur là. Ouais, de temps en temps, j'aimerai bien être  belle amollie moi aussi.

Mais bon, passons. On va oublier le transat pour l'instant. Surtout que là, côté soleil, c'est pas le sujet.

Ben oui, parce que monsieur Bellamoli, il va sans les caves, et fait bouger des lumières, et il les prend en photo loooonnngtemps.

Et après, ben c'est juste super beau.

Light painting, par Stefano Bellamoli

 Ca tiendrait qu'à moi tient, je sais pas si je ferai pas tout les arbres  du jardin comme ça...

Des topiaires lumineux...

Chiche ?

Naaan, je rigole !

N'empêche, dans la citerne, sous la Roma...