Alors voilà, le printemps italien, c'était bien...

A Milan, déjà, j'avais repéré un truc bizarre. Plein de messieurs aux couleurs variées, vendant à tue-tête des perches. Ouais, des perches. Aux couleurs toutes aussi variées. Bleues, rouges, vertes, avec un petit fil qui dépasse.

Bon, je suis bécasse, mais je comprends quand même assez vite. Voilà les fameuses perches à selfies !

Ah, ben tient, voilà de quoi ouvrir une nouvelle page dans mon catalogue d'observatologiste en comportements humains. Comment se traduisait l'affaire ?

Bon, je savais déjà que les musées de France et de Navarre pensent à interdire la chose. Et pour cause. Un petit coup de perche à selfies dans l'oeil de la dame à la Licorne, ça le fait pas. Notez que j'ai pas dis la Joconde, vue qu'elle a ses propres lunettes de soleil à elle, à savoir une vitre surblindée contre laquelle une pauvre perche aurait bien du mal à faire la moindre griffure.

Quand j'étais allé montrer la bête à mes petiots, vu que Léonard, ici, c'est jute un super héros, j'avais eu du mal à ne pas pouffer. Collée contre moi, ben oui, collée, parce Mona, pour la voir, c'est chocolat, une dame japonaise avec robette type année 50, coupe Audrey Hepburn mit dentelles et frous-frous.

Bon, j'avais le temps, l'hystérie face à Lisa prenant plus qu'un instant (j'ai compris qu'après que j'aurais du aller sur les côtés, y'avait personne sur les côtés. J'ai depuis ajouté la chose à mon catalogue intérieur...). Du coup, histoire de complémenter mon dossier "mode", j'ai regardé la robe. Un charmant liberty, ou apparenté, avec plein de petits dessins de sacs et des inscriptions sensées représenter le "made in France". Et là, au milieu de moult "Paris", "Limoges", "Tours", "Agen" (pour ses pruneaux ?), je vois écris "La merde".

Naaan ?

Ben si.

Alors autant vous dire que je pensais plus du tout à dame Joconde. J'ai bien re-regardé. C'était bien ça. Discretoche, j'ai sorti mon portable, et paf, j'ai pris une photo...

2012-08-12 Louvre

Vous voyez ?

Non ?

Et là ?

2012-08-12 Louvre

Ah, ben, si, c'est bien ça...

La dame savait-elle ce qu'elle portait sur le dos ? Des sacs à popos ?

Faudrait proposer le motif aux employés des motos-crottes... Ça aurait du chien.

Bon, ça a été plus facile de prendre cette photo là que celle des deux fans de Mireille Mathieu dans le bus qui m'amenait à la gare TGV d'Avignon. Deux dames recouvertes de badges et autres bimbeloteries toutes de Mireille imprégnées. Un bonheur pour les yeux. Je vous impose pas la photo, elle est moche. Mais j'avoue que là aussi, le pouffage, vue d'extérieur, était aussi à l'intérieur...

Bon, sinon, revenons à nos moutons. Après Milan, Rome.

Et là, c'est le drame.

Parce que la perche à selfies, à Rome, c'est juste trop. Trop de vendeurs. Trop d'acheteurs. Trop d'utilsateurs.

Le nombre de fois où les Nains ont failli se faire embrocher...

Et vas-y que je te prenne un air niais, et je que partage mes poux (si, si, le selfie encourage le voyage du pou...), et que j'immortalise de Colisée en arrière des trous de nez. A deux, à trois, à douze, une vraie ... (faites la rime tout seuls...)

Bon, sans compter que ça renforce un truc, ce machin, c'est l'ego.

Ben oui, parce qu'avant, quand on partait en voyage à deux, on prenait le temps, et puis on choisissait la bonne personne. D'un air un peu contrit, on lui tendait notre appareil, en espérant qu'il ne parte pas avec, pour nous prendre en photo sur fond d'Etretat ou de Monte Video. Après, on ne savait pas trop si la personne en question nous avait pas coupé au niveau des roustons. Mais ça créait des liens, on échangeait des sourires, des petits riens.

Là, c'est rideo ergo sum. Je souris donc je suis...

Moi, les narcisses printaniers, je les aime en jardin. Pas en furies tendues sur le Palatin.

Vous croyez qu'on peut se faire une perche à selfie elbow ?

Bon, si on voit le côté technique de la chose, ce machin permet de prendre des photos improbables, et ça, c'est plutôt bien.

Mais pour la vie en communauté, on laissera passer.

Heureusement, après, on est allé à Naples. Et là, les perches, y'en a quasiment pas.

Ça se coincerait dans les draps !

4713253475_12d83ce373